Comment parler avec les personnes âgées ?

11

Aujourd’hui, les moyens de communication ont évolué et les différences entre les générations compliquent parfois les échanges. Pour pouvoir mieux communiquer avec les personnes âgées qui nous entourent, il est très important de s’adapter à leurs spécificités, en évitant de tomber dans des stéréotypes qui pourraient bouleverser ou tourmenter la personne.

A voir aussi : Quel document pour renouvellement carte famille nombreuse ?

https://pixabay.com/fr/photos/gens-qui-parlent-personnes-debout-908342/

A lire également : Quel droit au chômage après 55 ans ?

Communiquer peut être un véritable soin pour les personnes âgées.

Comment s’adapter aux besoins sans infantiliser la communication ?

Les différences de mentalités et de style de vie entre les générations deviennent de plus en plus palpable ces dernières années. Les troubles cognitifs, souvent associés au vieillissement, compliquent davantage les échanges au sein d’une même famille ou entre soignants professionnels et patients âgés. Il ne faut pas oublier que la communication avec les personnes âgées est primordiale, d’une part pour leur bien-être et d’autre part pour surmonter l’isolement .

Pour avoir une communication efficace, nous devons adapter le message et la façon dont nous le transmettons à notre interlocuteur, quel qu’il soit. Avec nos résidents, nous ne parlons pas à un enfant ou à un collègue de travail, vous devez adapter votre expression. Mais, dans une large mesure, lorsqu’il s’agit de parler aux personnes âgées, certains ont tendance (souvent inconsciemment) pour les traiter comme étant incapables .

Il est important de ne pas communiquer avec les personnes âgées de manière condescendante, même si votre intention était de faciliter l’échange. Alors que nous avons tendance à utiliser des mots plus simples, avec un ton différent, les personnes âgées gardent leur vocabulaire ou continuent de l’améliorer par la lecture ou des activités cognitives. Ceux qui sont en bonne santé n’ont pas plus de difficulté à comprendre des mots compliqués que les autres groupes d’âge. Évitez donc de trop simplifier la conversation, car le risque de les embarrasser est réel. En plus de s’exprimer systématiquement fort, tous nos aînés ne sont pas atteints de surdité.

Communication spécifique selon les personnes âgées

Le vieillissement apporte son lot de changements et il est donc important de connaître les difficultés pour s’adapter à la personne âgée et à son pathologies.

  • Communiquer avec les personnes âgées souffrant de troubles auditifs doivent parler un peu plus fort (sans crier). Il est important de vous exprimer clairement, de bien articuler et de ne pas parler trop vite.
  • Il est recommandé d’éviter des environnements trop bruyants, car le bruit de fond touche les personnes âgées, encore plus que les jeunes adultes. Essayez de garder un contact visuel avec votre interlocuteur. Si une personne entend moins bien qu’elle a tendance à lire sur les lèvres, cela aide également à rester concentrée sur ce que dit l’orateur .
  • Si la personne âgée a une mauvaise mémoire, il sera utile de réduire vos phrases en unités plus petites. Lorsque vous devez transmettre des informations importantes ou complexes, adoptez la règle du complément sujet-verbe. Effectivement, l’utilisation de complexes rend la phrase plus lourde, même un adulte sans difficulté particulière peut oublier le début d’une phrase éculée. Surtout si vous parlez avec des phrases longues . Soyez simplement clair et précis.
  • Si la personne âgée a une déficience cognitive, il existe des stratégies : parler d’une chose à la fois, adopter une voix calme et chaleureuse, utiliser le langage corporel, sois patient. Vous devez également savoir comment réagir à ce que dit votre interlocuteur, lui poser des questions. Ces méthodes fonctionnent avec les personnes atteintes d’Alzheimer, elles sont utilisées dans les maisons de retraite .

Les erreurs

  • Mettez-vous en colère
  • Poser des questions concernant un souvenir récent
  • Raisonner un patient atteint de la maladie d’Alzheimer
  • Traitez-le comme un enfant

vous pourriez aussi aimer