La grille AGGIR : définition et fonctionnement

La perte d’autonomie peut être très handicapante pour gérer les activités quotidiennes telles que s’habiller ou préparer les repas. La perte d’autonomie couvre toutefois des réalités et des situations très variées. Certaines personnes sont en mesure de s’acquitter seules de leurs tâches, tandis que d’autres auront besoin d’un soutien partiel ou total.

Pour plus d’équité, le versement de l’aide financière dépend de ce niveau d’autonomie. Il s’agit également d’évaluer l’autonomie de chaque personne afin d’adapter le plan d’assistance de la personne âgée. Cette évaluation prend la forme d’une grille, la grille AGGIR.

Lire également : Quel est le prix d'une action ?

Dans cet article, nous expliquons à quoi sert la grille AGGIR et comment elle fonctionne.

Qu’est-ce que la grille AGGIR ?

AGGIR signifie « Autonomy Gerontology Group Iso Resources », il s’agit d’un réseau national créé dans le but d’évaluer le niveau d’autonomie en cas de perte des personnes âgées.

A découvrir également : Comment réduire ses impôts ?

Grâce à cette évaluation, la personne âgée sera en mesure de savoir si elle peut ou non réclamer l’allocation d’autonomie (Apa). Si elle est éligible, la grille aidera à déterminer le niveau d’assistance nécessaire à sa situation.

La grille AGGIR est désormais un outil de référence national pour évaluer le degré de dépendance des personnes âgées. Le montant de l’APA est calculé et attribué en fonction du niveau IRM de la personne âgée. En fonction de ces niveaux, la personne âgée pourra également revendiquer des droits supplémentaires, une aide ménagère ou même une aide auprès des fonds de pension du régime de base ou complémentaire.

Comment fonctionne la grille AGGIR ?

Le but de la grille AGGIR est de mesurer les capacités d’une personne âgée à accomplir :

— activités dites « discriminantes », à savoir 10 activités corporelles et mentales.

— des activités dites « illustratives », c’est-à-dire 7 activités domestiques et sociales.

Les 10 activités discriminantes sont utilisées pour déterminer le groupe d’iso-ressources (GIR) auquel appartient la personne âgée. Les 7 autres les activités permettent de mieux comprendre la situation globale de chaque personne.

Concrètement, une équipe médico-sociale se rend chez la personne âgée afin de remplir la grille AGGIR et de déterminer à quel groupe GIR elle appartient.

L’évaluateur devra définir une note de A à C :

  • A : la personne âgée peut agir seule.
  • B : la personne âgée peut effectuer une tâche partiellement seule.
  • C : la personne âgée n’est pas en mesure d’accomplir une tâche.

L’évaluateur observe ensuite les 10 variables discriminantes : cohérence, orientation, toilette, habillage, alimentation, élimination, transferts, mouvement à l’intérieur, déplacement à l’extérieur, communication à distance.

Sur la base de ces variables, l’évaluateur sera en mesure de déterminer l’IRM dans lequel se trouve la personne âgée.

Les RGI 1 et 2 correspondent au niveau le plus élevé de perte d’autonomie. En résumé, la RGI 1 correspond à une perte d’autonomie mentale, corporelle, locomotrice et sociale. Si, toutefois, une personne âgée est évaluée dans la RGI 6, cela signifie qu’elle ne rencontre aucun problème dans la réalisation des actes de la vie quotidienne.

La classification IRM permet à l’équipe médico-sociale de prendre les décisions appropriées et de proposer un plan de soutien adapté. La grille AGGIR est donc un outil précieux pour soutenir le bien-être des personnes âgées.

vous pourriez aussi aimer