Comment préparer au mieux sa retraite en Suisse ?

La préparation de la retraite en Suisse nécessite de prendre en compte plusieurs paramètres importants. Contrairement à certains pays, il n’existe pas de système universel de retraite en Suisse. Chaque personne doit donc se constituer sa propre épargne retraite, ce qui demande anticipation et organisation.

Anticiper ses besoins financiers à la retraite

La première étape pour bien préparer la retraite en suisse est d’évaluer ses besoins financiers une fois à la retraite. En effet, le niveau de vie étant généralement moins élevé qu’en période d’activité professionnelle, il est important de déterminer le montant dont on aura besoin chaque mois pour subvenir à ses dépenses courantes. Pour cela, on peut estimer ses futurs postes de dépenses tels que le loyer, l’alimentation, les loisirs, etc. Il est conseillé de prévoir une marge confortable pour faire face aux imprévus.

A voir aussi : Droits des locataires retraités : conseils et informations essentielles

Vous pouvez ensuite comparer ce besoin estimé aux revenus dont vous disposerez une fois à la retraite, comme la rente AVS ou un éventuel 2e pilier. Cela permet de déterminer le manque à gagner mensuel qu’il faudra pallier grâce à l’épargne. Plus vous anticipez tôt ce calcul, plus vous pourrez ajuster votre effort d’épargne.

Optimiser son pilier 3a

Le pilier 3a est un élément clé de la préparation de la retraite en Suisse. Il s’agit d’un compte d’épargne lié dont les versements sont déductibles des impôts. Tout travailleur en Suisse peut effectuer des versements jusqu’à 6890 CHF par an sur ce compte. Au moment de la retraite, le capital accumulé est versé en une fois ou sous forme de rente.

A lire également : La grille AGGIR : définition et fonctionnement

Pour optimiser votre pilier 3a, il est recommandé de commencer à effectuer des versements le plus tôt possible, idéalement dès 25 ans. Cela permet de profiter au maximum de l’intérêt composé sur une longue période. Vous pouvez également déduire ses versements d’impôts dès le début de votre carrière. Enfin, il est conseillé de placer votre épargne 3a sur des supports dynamiques pour booster sa performance.

Cotiser à la prévoyance professionnelle

La prévoyance professionnelle, aussi appelée 2ᵉ pilier, est obligatoire pour tous les salariés en Suisse. L’employeur et le salarié cotisent à parts égales à ce régime qui permet de se constituer un capital pour la retraite. Les prestations dépendent du salaire et de l’âge de l’employé.

Pour optimiser sa prévoyance professionnelle, il est recommandé d’effectuer des rachats dès que possible. Cela permet d’augmenter le capital constitué et donc la rente perçue à la retraite. Les rachats sont également déductibles fiscalement. Il peut aussi être intéressant d’alimenter volontairement son compte de prévoyance individuel auprès de sa caisse de pension.

Diversifier son épargne

En plus des piliers obligatoires, il est judicieux de se constituer une épargne supplémentaire pour la retraite par le biais de placements. Cela permet de diversifier ses sources de revenus une fois à la retraite et d’augmenter son pouvoir d’achat.

Vous pouvez par exemple investir une partie de votre épargne en bourse, en privilégiant les supports à long terme et diversifiés comme les ETF. L’investissement immobilier, par le biais de l’achat d’un bien locatif, peut également générer des revenus complémentaires. Il est préférable d’investir tôt et régulièrement pour profiter de l’effet boule de neige.

vous pourriez aussi aimer